Salon de l’auto à Calais : la voiture a-t-elle encore un avenir ?

b023514La voiture a tenu salon à Calais ces 24 et 25 octobre.
Difficile d’essayer d’avoir un regard objectif sur la place de la voiture dans la société d’aujourd’hui, et surtout difficile d’évoquer les travers importants qu’elle occasionne sans passer pour un khmer vert ou pour un irréaliste. Tant pis, on fait quand même!

Car dès qu’on parle de voiture autrement que pour louer ses performances ou la plastique de sa ligne, on fâche assez vite. C’est dire le véritable culte, quasi religieux qui entoure encore cet objet pour beaucoup de nos concitoyens. Tout se passe comme si la voiture était devenue le « prolongement » du corps humain. Elle est dès lors vécue comme indispensable, et n’a plus de coût. En parler dérange.

Cette prééminence est également vraie au niveau de l’état. La santé industrielle de notre pays n’a-t-elle pas été depuis 50 ans conditionnée par celle de la production automobile? Comme si celle-ci en était le baromètre. Elle l’est encore.

La voiture a été longtemps et est encore synonyme de liberté individuelle, et de réussite sociale : plus la voiture est grosse, plus la personne est importante.

plus la voiture est grosse

C’est ce qui a longtemps fait sa force en plus du fait qu’elle rend bien sûr de nombreux services. Ce n’est pas cela qui est en cause, mais sa sur-utilisation. Chacun sait, j’en ai fait moi-même l’expérience, que l’utilisation d’une voiture est une addiction. Et des petits déplacements qui pourraient se faire à pied ou à vélo se retrouvent faits en voiture. On n’a plus l’impression d’avoir le choix. Le pire est qu’on impose ce « choix » aux plus jeunes sans s’en rendre compte : les enfants sont en effet transportés en voiture dès leur plus jeune âge pour tout type de déplacement, même court. Alors qu’aller à l’école est un déplacement de proximité qui pourrait se faire à pied ou à vélo, on installe ainsi dans le mental de l’enfant l’idée que la voiture est le seul moyen pour se déplacer. Avec les travers que l’on sait : pas d’activité physique, stress de la circulation transmis par le conducteur, méconnaissance des dangers de la rue, manque de lien social et de connaissance du quartier.

C’est donc tout un système qui a empêché la rationalisation de l’usage de la voiture. Difficile de passer à côté du parcours initiatique attendu:

  • Voiture dès le berceau
  • Vélo quand on est enfant
  • Scooter quand on est ado
  • Permis à 18 ans
  • Voiture perso dans la foulée
  • Transports en commun, vélo ou marche seulement quand on n’a pas de voiture ou qu’on n’a plus de permis!!

De liberté, on passe vite à dépendance. Combien de personnes ne connaissent rien des possibilités de déplacement autres dans leur ville (bus, train vélo, covoiturage…) ? Ce n’est pas être contre la voiture que d’essayer d’analyser les problèmes qu’elle pose. J’en utilise une moi-même quand c’est nécessaire. En revanche, faire l’autruche et rester dans le « Tout-voiture »nous mène dans le mur.

Symbole de l’émancipation dans les années 60-70, la voiture individuelle a d’abord contribué à vider les campagnes en augmentant l’exode rural : les fils de paysans ne voulaient pas reprendre l’exploitation et préféraient aller travailler à la ville ;

Puis ce fut le contraire, les villes s’engorgeant de plus en plus du fait de la circulation et de la pollution : en diminuant les temps de transport, on a augmenté les distances possibles et on a vu les campagnes proches des villes se tapisser de lotissements tous identiques,

banlieueces nouveaux « rurbains » n’ayant plus de racines dans le lieu où ils se trouvent. Et contrairement aux discours ambiants, l’étalement urbain continue en 2015. Exemple à Calais: l’hôpital…

CIMG3202
Ancien hôpital de Calais: il serait intéressant de connaître, dans le processus de décision qui a amené à le déménager après seulement 37 années de bons et loyaux services, quelle a été la part du « manque de stationnement » par rapport aux autres raisons avancées, notamment le manque d’accessibilité…

L’étalement urbain aggrave la dépendance à la voiture particulière et rend l’installation de transports en commun moins rentable du fait du peu de densité des habitations. « Reconstruire la ville sur la ville » n’aura été qu’un slogan, puisqu’on continue à faire le contraire

             « Avant de s’agrandir au dehors,il faut s’affermir au-dedans »

                                                                                                         Victor Hugo

Les coûts d’aménagements dédiés à la voiture sont astronomiques : routes à 4 voies, ronds-points, parkings etc…Et jamais dans l’économie, toujours démesurés, sans rapport avec l’usage réel.

En dehors des problèmes de sécurité et de pollution sans cesse ressassés et qui deviennent graves pour la santé publique,

embouteillage3
                                  Autre mode…                      
velodenmark
                                    …autre monde!

il y a donc d’autres problèmes posés par la voiture selon le schéma de la voiture possédée et utilisée par une seule personne. Ces problèmes ne diminueront pas, même avec la voiture la plus propre du monde(ce qui n’est pas pour demain !!) :

La place occupée : une voiture, quelle qu’elle soit, passe plus de 90% du temps à l’arrêt (vous pouvez vérifier !!) Le stationnement est donc un problème majeur, un vrai casse-tête et

parking-perpignan
                       Parking en ouvrage: Perpignan

un gouffre financier pour les élus, les aménageurs et les particuliers. Car une voiture occupe 10 m2 au sol !!! C’est ainsi que les Chinois savent qu’ils ne pourront jamais égaler le taux de motorisation européen, au risque d’une asphyxie totale de leur milieu de vie (air et espace).

C’est une aberration énergétique : En 1970, une voiture pesait en moyenne 800kg. Elle pèse maintenant plus du double !! On se retrouve donc, dans une période où l’énergie disponible va sans nul doute diminuer, à fournir de l’énergie à un véhicule de 2 tonnes qui sert à déplacer la plupart du temps…une seule personne de 60kg !! Où est la rentabilité économique ?

http://www.imaginascience.com/articles/divers-essais/ingenierie-automobile/poids-voitures/poids-voitures.php

Elle coûte très cher, mais comme écrit plus haut, il ne faut pas en parler. Voilà donc le modèle imposé depuis longtemps aux jeunes qui peinent à commencer dans la vie avec des emplois à temps partiel précaires et/ou payés au smic: la « première nécessité » est d’acheter une voiture qui engloutira chaque mois entre un tiers et la moitié de leur revenu!!

Des motorisations alternatives (électriques) toujours aussi gadgets ! On veut nous faire croire que dans la société ultra technologique  actuelle, on ne saurait pas produire des véhicules électriques ayant plus de 190 km d’autonomie !!

Heureusement, il y a des signes de changement dans le rapport à la voiture, à l’origine pour des raisons économiques, mais pas seulement:

La possession de l’objet–voiture diminue : cette année, la location (LOA)aurait dépassé la vente. Mais ne nous y trompons pas : ce système permet surtout aux constructeurs de faire croire aux clients que les grosses voitures sont à leur portée, alors qu’elles seraient inaccessibles en vente pures ; ce n’est donc pas forcément bon signe ;

L’utilisation du « service-voiture » prime néanmoins de plus en plus sur sa possession individuelle : les plus jeunes achètent moins de voitures, l’explosion du covoiturage, le développement de l’autopartage en témoignent.

co-velotageContinuer de développer cette tendance à la mutualisation, voire l’organiser va dans le sens d’une utilisation plus rationnelle de la voiture particulière. Car se détacher de la possession diminue la dépendance. Même si le schéma traditionnel a peu de chance d’évoluer dans les zones rurales, où la voiture restera incontournable, il est probable que le nombre de voitures utilisées en ville diminuera pour toutes ces raisons. Et c’est tant mieux.

Alors oui, la voiture a encore un avenir. Mais c’est le modèle présenté par les salons de l’auto comme celui de Calais qui aura sans doute vécu. Pensez qu’il n’y avait même pas un véhicule électrique !

Publicités

Une réflexion sur “Salon de l’auto à Calais : la voiture a-t-elle encore un avenir ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s