Mobilités actives: toujours pas de stratégie nationale

 villes-cyclables-2

  • Article réalisé d’après le communiqué (Lire en entier ici) du Club des Villes et Territoires Cyclables, fondé en 1989 par 10 villes pionnières et regroupant aujourd’hui plus de 1500 collectivités favorables au vélo. Calais n’en fait plus partie depuis 2008.

Au conseil des ministres du 2 novembre dernier, Ségolène Royal (ministre de l’environnement, chargée des relations internationales liées au suivi de la COP21) et Alain Vidalies (Secrétaire d’état aux transports) ont fait une communication concernant les mobilités actives, rappelant les enjeux du développement de l’usage du vélo et des modes actifs (marche à pied, etc…) :  écologique, de santé publique, de développement économique, de cohésion sociale. 

Pour le CVTC, la démarche du Plan national d’action engagée en 2013 (PAMA) doit être dynamisée pour constituer cette stratégie nationale de nature à accélérer les changements nécessaires, accompagner les efforts des collectivités et mettre en cohérence les actions de l’Etat.

Quelque mesures « emblématiques » annoncées :

  • Reconnaissance de la qualification professionnelle « Educateur mobilité à vélo »
  • consultations « mobilité-santé »

Des petits pas, mais pas de réelle stratégie nationale, contrairement à d’autres pays européens

Le CVTC , et le CPV (Club des parlementaires pour le Vélo), regrettent que quatorze mois seulement après le bilan de la première phase du Plan d’Actions pour les Mobilités Actives (PAMA), la deuxième phase n’ait pas été engagée.

Le CVTC déplore que d’autres actions qui auraient un sens pour la stratégie de développement de la mobilité propre, qui prévoit d’ici à 2030 le passage de la part modale des modes actifs à 12,5 % (alors qu’elle était en 2008 de 2,7%!), ne semblent pas prioritaires. Telles que :

  • le renvoi à une étude d’impact de la création d’un item « vélo » dans le barème fiscal ;
  • l’absence de calendrier et de financement de mesures, comme pour le gravage des vélos avant la mise en vente ;
  • Le renvoi de l’application de l’IKV (indemnité kilométrique vélo) aux agents publics des collectivités au cas par cas de la concertation avec les collectivités concernées.
  • La proposition du CVTC et du CPV d’étendre aux VAE (vélos à assistance électrique) le « Bonus écologique » actuellement à l’étude pour les 2Roues à moteur électrique.

La frilosité constatée sur cette dernière mesure est d’autant plus inexplicable que :

  • les ventes de vélos électriques sont en pleine expansion (100 000 en 2015)
  • la motorisation augmente la portée du vélo (7,6 km de trajet quotidien moyen constaté au lieu de 3,4 en vélo classique) ;
  • l’ADEME vient de montrer dans son étude d’évaluation sur les services vélo l’impact de cette aide sur la baisse de l’usage de la voiture.
vae-femme2
100 000 vélos à assitance électrique (VAE) ont été vendus en France en 2015!

Des hésitations bien incompréhensibles alors que la stratégie nationale bas-carbone qui fixe une baisse des émissions de GES dans le secteur des transports de 10% sur la période 2019-2023 et de 21% sur la période suivante impliquerait la mise en place d’incitations et de véritables leviers. L’absence de stratégie globale et la faiblesse des mesures obtenues ne cadrent pas non plus avec  l’exemplarité que la France a tant clamée l’an dernier lors de la COP21…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s