Être piéton à Calais (3): Fermer les chemins…ou les valoriser?

CIMG5452
Petit chemin entre les rues Sainsard et L. de Vinci

Ces chemins, parfois simple délimitation entre propriétés, sont souvent des espaces de respiration dans la ville, plus verts, moins construits. Aujourd’hui, ils sont parfois réhabilités avec bonheur (chemin des Pierrettes) mais ils sont le plus souvent ignorés et leur usage méconnu. Abandonnés à leur sort, ils sont souvent envahis de végétation ou de déchets. Comme si ce qui n’est ni goudronné ni bétonné ne comptait pas.

On pourrait ne pas transformer systématiquement ces passages en rue goudronnée, et au contraire créer des continuités piétonnes, peu onéreuses à réaliser, car il manque parfois seulement quelques mètres pour donner du sens à ces itinéraires alternatifs.

Une politique municipale ?

Comme dans nombre de villes, il faudrait en faire l’objet d’une politique municipale, en les répertoriant, sur le plan technique avec les services de la ville (cadastre, urbanisme) et en faisant appel aussi à la connaissance que les habitants ont de l’usage du quartier proche de chez eux, ainsi que des besoins en déplacement à pied et à vélo. Un programme qui pourrait s’appeler « La ville à pied », « Pompes et vélo», ou « plan piéton ».

CIMG5557 (2)

Une seconde étape étant la programmation de leur réhabilitation, de leur valorisation (identification, jalonnement) sur plusieurs années.

La pratique du vélo est trop souvent victime des entraves qui lui sont imposées (barrières, tourniquets…), sans raison valable. On pourrait là aussi considérer les usages piétons et cyclistes sans les opposer. Ces obstacles, destinés à « empêcher », gênent aussi la circulation des PMR (personnes à mobilité réduite).

CIMG5448
…comme ici, passage rue Ovide (n° 1)

Valoriser ces chemins est un enjeu méconnu de qualité de vie pour les habitants, mais aussi pour les touristes qui passent quelques jours dans la ville. Une carte des parcours verts « piétons-cyclistes », pourrait être un plus.

Ouverture ou fermeture ?

Ces chemins étaient bien plus praticables il y a encore peu. Mais la permanence de la question migratoire à Calais a conduit à une politique de barriérage et de fermeture, par laquelle la ville (et certains propriétaires fonciers) ont sans doute cru répondre aux demandes des riverains poussés par le sentiment d’insécurité. Elle aurait pu résister.

 

CIMG5450
Comme ici, à l’arrière de la rue Saint-Beuve: plus question de rejoindre le Boulevard Victor Hugo

Cependant, certains endroits résistent, comme ici, Quai de l’Yser

CIMG5469
La propriété HLM du quai de l’Yser est encore traversable à pied ou à vélo. Jusque quand?

On peut encore aussi aller de la rue Watteau à la rue Garneray dans un univers bucolique en pleine ville…

CIMG5470CIMG5472

Je ne distingue pas volontairement ce qui relève de la Ville de ce qui relève des grandes propriétés (OPH, Habitat 62-59, etc…), car des servitudes de passage peuvent être envisagées, garantissant la continuité du cheminement.

Quelques idées

Je n’ai pas la prétention de connaître tous les chemins qui traversent la ville, ils sont sans doute trop nombreux. Mais en voici quelques-uns qui pourraient être mis en valeur.

Des ponts, pas des murs!

Dans une ville construite sur l’eau, avec ses nombreux canaux et watergangs, qui sont autant d’obstacles entre les quartiers, des passerelles se révéleraient bien utiles. Pourquoi ne pas rétablir, derrière la maison des Associations, celle qui joignait le quartier Cocteau-Camus (n°2 du plan) ? Comme le passage piéton sous la rue de Haguenau.

haguenau-passerelle002

Entre Egalité et Avenue Blériot (n°3)

Chemin Sainsard, Cité Catoire , une future zone 20 ?

CIMG5453

Le petit passage commence Bd de l’égalité…continue à l’arrière rue Sainsard…Un cheminement qui mériterait un traitement particulier.

CIMG5451

CIMG5454

…pour arriver cité Catoire, qui aurait bien besoin d’un lifting !

 

 

Vers le Pont-du-Leu, le passage sous l’A16

Encore un passage stratégique pour les piétons et les cyclistes. Un lieu verdoyant qui pourrait être plus agréable et donc plus utilisé s’il était mieux aménagé et si le souterrain était éclairé. Il n’y a cependant pas d’insécurité dans ce passage, je l’ai pratiqué pendant deux ans quotidiennement, même tard. Bien des villes entretiennent ces passages sous voiries sans problèmes particuliers.

CIMG5638CIMG5639

CIMG5640CIMG5641

L’ancien chemin « des contrebandiers » (n°7)

Quartier de l’école Parmentier. Réhabilité sur une partie, ce chemin pourrait permettre de rejoindre la route de Gravelines si sa partie nord n’était compromise une fois de plus par des grillages  et des barrières…

CIMG5478

CIMG5477
Au fond, une porte grillagée

Le citoyen n’aime pas aller vers ce qui lui semble abandonné. On aurait pourtant beaucoup à gagner en créant les conditions pour que les habitants se déplacent plus à pied et à vélo en valorisant les chemins inter quartiers. Globalement, c’est toute une philosophie qui est en cause. Qui consiste à valoriser des usages minoritaires, dont l’importance est pourtant réelle. Et donc ne pas penser qu’au béton et au bitume du « tout voiture ».

Publicités

Une réflexion sur “Être piéton à Calais (3): Fermer les chemins…ou les valoriser?

  1. salut!du temps où j’organisais les balades vélo à OVS, j’avais fait une sortie « chemins de traverse », on était allés jusqu’au stade épopée, fort vert, retour par jardins ouvriers petit chateau, sentiers carrossables du côté avenue blériot… un bon souvenirsans doute des clotures un peu partout maintenant hélas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s