Ardres à vélo: un aménagement de la D943 très contrasté

CIMG7284
Les bords du lac d’Ardres

Depuis plusieurs mois, une liaison cyclable reliant Ardres-Centre et Bois-en-Ardres le long de la D943 est en cours d’achèvement. Sur 1,500 km environ. On ne peut que s’en réjouir. Comme je le disais dans un précédent article de 2016, cette liaison vélo entre les deux bourgs principaux composant la commune paraissait souhaitable tant pour la cohésion territoriale que pour le tourisme et l’autonomie des déplacements quotidiens des jeunes notamment.

CIMG7253

C’est ce dont l’association Partageons La Rue – Calais (PLRC) avait discuté avec la municipalité lors d’une rencontre début 2017, proposant une collaboration afin d’optimiser en amont les réalisations par le regard des usagers cyclistes. Il n’est en effet pas rare de voir des aménagements ne pas servir comme ils devraient, simplement parce qu’ils ont été conçus sans tenir compte des réalités d’usage, que les concepteurs ne connaissent pas toujours, faute de se déplacer à vélo régulièrement. La concertation avec les associations d’usagers est donc primordiale. PLRC n’ayant pas été sollicitée par la suite, c’est après coup que les cyclistes donnent leur avis.

Bois-en-Ardres : Quid des trottoirs?

Quel sera désormais le statut des « trottoirs » anciens séparés de la route par de la végétation. Seront-ils autorisés officiellement aux cyclistes (qui doivent déjà les emprunter!) ? Ce serait cohérent avec la piste qui vient d’être réalisée.

CIMG7250
Bois-en-Ardres: quelle continuité avec la piste cyclable? Des trottoirs partagés?

De Bois-en-Ardres à l’avenue Buscot : Un aménagement sans faute

content

Une piste cyclable en enrobé, à double sens, bien large, a été installée hors de la chaussée, du côté Est de la D943. Elle passe certes devant les maisons, mais l’aménagement est bien pensé, les sorties de propriétés sont bien balisées (poteaux, marquages au sol), la piste s’écarte de la chaussée dès que possible, la sécurité est de mise, tant pour les cyclistes que pour les riverains. Il ne semble pas y avoir à craindre de stationnement intempestif de véhicules sur la piste.

Aucune traversée de la route n’est nécessaire, encore qu’elle soit possible.

 

De l’avenue Buscot à l’entrée d’Ardres : la piste peau de chagrin…

Indifferent_Smiley

En effet, c’est à partir de cette avenue, à 350 mètres environ du carrefour à feux, que ça se gâte : fin de la magnifique piste. L’aménagement veut continuer, mais ça n’a plus rien à voir !!

 

CIMG7260
Fin de la belle piste: on passe sur chaussée, on doit traverser, pour un mini-couloir vélo !!

Alors pourquoi la fin de la piste ? L’emprise de l’avenue est-elle subitement moins large ? Non ! Y a-t-il plus d’habitations ? Non ! Les habitations sont seulement plus proches de la chaussée que précédemment.

C’est encore, à Ardres comme ailleurs, le stationnement de quelques riverains, considéré sans doute comme ne pouvant souffrir la moindre adaptation à la règle du « je-me-gare-devant-chez-moi », ni le moindre éloignement, qui a fait perdre une bonne partie de son efficacité à cet aménagement cyclable pourtant au départ de très grande qualité.

CIMG7263
On ne touche pas au stationnement! Résultat: …

L’aménagement cyclable subit l’effet du dernier échelon de priorité: S’il reste de la place après la « contrainte » immuable du stationnement, on fait. Sinon, on ne fait pas. Ou de manière symbolique…

Une piste cyclable est rarement prioritaire pour la réalisation, même si les budgets engagés réclameraient qu’elle le soit, afin qu’elle puisse remplir totalement ses exigences d’efficacité, de sécurité, et de fréquentation.

Celle d’Ardres a beau être magnifique sur plus d’1 km, qui peut imaginer que des familles iront à vélo avec leurs enfants ou même laisseront leurs enfants rouler seuls vers le centre-ville si c’est pour terminer leur promenade par 400 mètres sur la chaussée d’une ancienne route nationale, au milieu des voitures et des poids-lourds, sans plus aucune place identifiée pour les vélos ?

Je ne sais si à Ardres on a pensé à faire autrement que ce résultat final. La culture encore « peu vélo » de notre région fait qu’on ne cherche pas souvent à contourner les « obstacles ». On accepte de jouer sur les dimensions des trottoirs (souvent à la baisse), ou des couloirs cyclables (jusqu’à suppression) pour plus de places « voitures », mais pas sur celles du stationnement !

Un couloir cyclable de…63 centimètres!

Donc, faute peut-être d’avoir cherché des solutions alternatives pour le stationnement avec les riverains, qui pouvaient pourtant comprendre le caractère important de la piste cyclable, compte-tenu des budgets engagés, on décide de faire traverser les cyclistes vers l’autre côté de la rue, et pas sur une piste, mais sur un mini-couloir symbolique peu sécurisant sur chaussée de 63 cm utiles (mais oui!!).

CIMG7262
63 cm de largeur utile, hors marquage et caniveau. A côté des voitures et des camions, peut-on parler de « couloir cyclable » sécurisant ?

Au feu, plus rien pour les vélos!

pas_content

La dernière portion de cette belle liaison est, elle, victime non du stationnement, mais du troisième couloir de circulation souvent idéologiquement considéré comme indispensable à l’approche du feu : le couloir cyclable minuscule est alors totalement supprimé et il n’y a pas de sas-vélo !

CIMG7269

idee

Pourtant, si terminer la piste cyclable avait été la priorité, on aurait pu, d’un côté comme de l’autre de la chaussée, agir de plusieurs manières :

  • en incitant les riverains à utiliser le récent parking (souvent vide) réalisé au feu, à moins de… 100 m de chez eux !
CIMG7270
CQFD…!
  • en jouant sur la largeur des séparateurs végétalisés trottoirs/chaussée devant les maisons ;

CIMG7267

  • en installant du stationnement en face des maisons, en rétrécissant sans le supprimer complètement le nouvel espace végétalisé, large et sans grande utilité à cet endroit;
CIMG7266
Stationnement de ce côté, trottoir partagé, des possibilités existaient …
  • Un trottoir partagé sur la dernière portion.

Toutes ces propositions,  PLRC aurait pu aider la ville à les défendre y compris auprès des riverains ou dans les réunions publiques qui n’ont pas dû manquer d’avoir lieu.

Non, malheureusement, c’est encore le vélo qui a fait les frais de ce manque d’idées? d’audace? Dommage !

Espérons que sur les autres aspects « vélo » à améliorer à Ardres (Place d’Armes en cours d’aménagement, stationnement des vélos sur la commune et au Lac…) l’avis des usagers sera demandé.

Publicités

2 réflexions sur “Ardres à vélo: un aménagement de la D943 très contrasté

  1. A ces cyclistes jamais contents. Cela me rappelle les pistes de l’avenue Lobbedez, route de Bapaume à Arras. C’est le premier aménagement cyclable pour lequel, ma compagne (ex-présidente du GRACQ) a donné son avis lors des réunions avec la CUA en arrivant sur Arras, il y a 10 ans.. La seule chose qu’elle a obtenue, c’est de remplacer les panneaux ronds (piste cyclable obligatoire) par des panneaux carrées (piste cyclable non obligatoire. Aucun cycliste aguerri ne l’utilise. Ils roulent tous sur la chaussée. Ces pistes sont dangereux, inconfortables et pas rapide. Voici les problèmes : conflits avec les portières des voitures garées, les piétons, les voitures sortant de garages, les poubelles, les chantiers (piste impraticable), la mauvaise visibilité aux carrefours avec cédez le passage avec des bordures. … En 10 ans, rien n’a changé. PLRC peut demander de changer aussi les panneaux ronds par des panneaux carrés.

    J'aime

    1. Oui, c’est souvent le problème: ces pistes coûtent cher, et il y a tant d’obstacles à les réaliser (emprise au sol, etc…) qu’elles sont souvent discontinues et peu pratiques, leur efficacité est médiocre et du coup leur fréquentation aussi. Il vaudrait bien mieux disposer d’un espace significatif sur toutes les chaussées. La raison de ces ratages est toujours la même: les élus qui connaissent peu le vélo avalent tout cru les projets pharaoniques des bureaux d’études toujours prompts à exploser la facture. Des élus qui savent tellement bien faire qu’ils ne prennent surtout pas l’avis des usagers. Et comme ces réalisations coûtent très cher, ils sont persuadés d’avoir bien fait! Et fustigent ensuite les cyclistes s’ils n’empruntent pas leurs magnifiques pistes!!!Dommage qu’il n’y ait pas plus de collaboration entre ceux qui savent et ceux qui croient savoir. Pour le bien des cyclistes et des contribuables que nous sommes…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s