Portimão, Portugal: à pied, en bus, à vélo…

cimg7412

Août 2018 : me voici de nouveau pour deux semaines de vacances dans cette station balnéaire très prisée du sud du Portugal, région Algarve, où j’ai des attaches depuis quelques années.

Tirant autrefois l’essentiel des ses ressources de la pêche et des conserveries de poisson, cette ville de 70 000 habitants en hiver passe à plusieurs centaines de milliers de résidents en été : portugais bien sûr, mais aussi beaucoup d’étrangers : britanniques, français, allemands, espagnols etc.

cimg7488
Des paniers sur crémaillère qui devaient servir autrefois à acheminer la pêche du jour du bateau à la conserverie, aujourd’hui devenue musée

Le « bétonnage », très important depuis les années 80 – ici, pas de Loi Littoral – (hautes tours d’habitation d’allure conventionnelle, hôtels etc…), n’a malgré tout pas trop occulté la grande beauté de la côte, rocheuse et très découpée. Le patrimoine architectural ancien de la ville est noyé dans les buildings modernes. Néanmoins, la célèbre et très spacieuse Praia da Rocha (plage des rochers) reste un lieu agréable, fait d’une succession de plusieurs plages abritées, très prisées des touristes.

cimg7559

Temps beau et clément toute l’année, une cuisine goûteuse faite simplement de produits frais et abordables, du bon vin, des paysages magnifiques, une hospitalité sans égal, le Portugal est un pays enchanteur. Allez-y si vous pouvez. Vous aurez envie d’y rester!

Se déplacer à Portimão…sans voiture.

Comme d’habitude sans voiture, j’ai pu expérimenter les autres modes de déplacement  offerts dans cette ville, et dans quelles conditions on peut les utiliser.

A pied

Nous sommes au Portugal, dont l’un des symboles est la « calçada portuguesa », chaussée portugaise, une sorte de mosaïque de petits cubes de calcaire blancs (ou noirs en basalte), qui couvrent la plupart des rues, places et trottoirs.

cimg7506

Remontant au XVIIIème siècle, cette chaussée traditionnelle montre sous vos pieds de véritables œuvres d’art, toujours réalisées par les « calceteiros », artisans laissant libre cours à leur imagination pour définir des motifs de décoration. Un art malheureusement menacé, le nombre de ces artisans ne cessant de diminuer (métier pourtant valorisant, mais peu valorisé). De véritables œuvres d’art sur les thèmes de la mer et des Grandes Découvertes des XV-XVIèmes siècles, la grandeur passée du Portugal. Les portugais n’ont-il pas découvert le monde ?

Avantages de ces petits pavés: l’eau de pluie s’infiltre facilement (contrairement à nos rues goudronnées), les réparations de chaussée sont invisibles et ne nécessitent pas une refonte complète de la rue. Par le bruit qu’ils induisent, on peut aussi penser que ces pavés ralentissent la circulation automobile.

Inconvénients : un peu glissants sous la pluie, et donnant une planéité globale « approximative », pour les personnes âgées et les Personnes à Mobilité Réduite (PMR). Pour pallier ces inconvénients, on remarque souvent, comme ici, la mise en place de cheminements minimaux PMR sans pavés, mais bien sûr… interdits aux vélos!!

cimg7509

Une ville à 20 ou 30 kmh

Portimão n’est pas un exemple pour la « mobilité alternative », eu égard à la place dominante qu’y occupe la voiture. Néanmoins, on s’y déplace à pied dans de bonnes conditions, dans le centre au moins, pour ce que j’en ai pratiqué, les trottoirs étant plutôt larges.

Beaucoup d’endroits sont aussi aménagés en zone de rencontre (zona de coexistência), à 20 kmh, où tous les usagers peuvent passer à faible vitesse, en respectant les autres. Les passages piétons sont souvent surélevés. Dans les zones 20, chaussée et trottoirs se confondent, les cheminements des véhicules motorisés sont généralement matérialisés par des piquets. Les trottoirs, quand il y en a, m’ont semblé globalement moins « squattés » par les voitures qu’à Calais !

 

 

Portimão en transport en commun

A Portimão, le réseau urbain, « a rede urbana », s’appelle « Vai e vem » (Va et viens). On a choisi ici des minibus, 18 places assises. Souplesse d’utilisation, a priori, permettant de passer dans les petites rues.

cimg7507

Mais à la pratique, malgré un nombre important de lignes pour Portimão-Alvor (11 la semaine, 6 le week-end, une en soirée), le réseau n’apparaît pas très fonctionnel :

Organisation, desserte :

  • maillage : correct mais parcours alambiqués, difficiles à comprendre pour l’usager: j’ai vu souvent non seulement des touristes demander où allait le bus, mais aussi des portugais !!

  • parcours : différents à l’aller du retour. Pas simple pour les nombreux touristes ; lisibilité difficile des lignes et de leurs dessertes ;

  • Temps de régulation : certains changements de chauffeur ont lieu en milieu de ligne ???

  • Correspondance : Pas de véritable lieu central identifiable

Horaires, fréquence

  • Horaires : limités à 7h00-19h00 ou 20h00. Un peu court pour une ville touristique de cette ampleur. Une ligne « de nuit » existe en été (20h00-23h00… !). Qui s’arrête donc à l’heure où commence l’animation de « Praia da Rocha »

  • Fréquence : au mieux à 30mn, souvent 45 mn, c’est plus d’une heure sur certaines lignes !

  • Cohérence : Parfois, le bus passe 2 fois au même endroit !!!

Confort, relationnel:

  • Conduite rapide de certains chauffeurs dans des rues très étroites, à maisons serrées, presque sans trottoirs;
  • L’amabilité n’est pas non plus toujours au rendez-vous!

Enfin, et c’est bien là le pire, il arrive qu’après avoir attendu déjà assez longtemps, vous voyiez le bus vous passer sous le nez parce qu’il est plein !!

Autre singularité: le Vai e Vem ne dessert pas Ferragudo, petit port très pittoresque situé pourtant juste en face, à 3km, de l’autre côté du fleuve!  Il vous faut prendre une autre compagnie interurbaine, ou y aller en taxi, ou à vélo.

Toutes ces choses vécues par l’usager que je suis sont améliorables, en particulier l’adaptation nécessaire au flux de visiteurs de l’été.

Sortir en bus

Les dessertes interurbaines sont en revanche fréquentes et accessibles en terme de prix. Les compagnies: EVA; Frota Azul

Portimão à vélo

Le sud du Portugal, pourtant très touristique, ne semble pas très avancé en matière de politique cyclable. A Portimão, il y a bien quelques pistes, mais comme encore dans beaucoup de villes, conçues sans cohérence d’ensemble, sans approche pragmatique des besoins des usagers, qu’ils soient touristes ou locaux. Des réalisations souvent de « prestige », cerise sur le gâteau d’aménagements urbains plus globaux, qui coûtent cher, sont parfois mal conçus (mélangés aux piétons), et donc peu utilisés en tant que tels.

A Portimão, peu de place pour le vélo. C’est bien dommage, car l’usage est là, on le voit, plus quotidien que touristique : à Portimão, des jeunes se déplacent à vélo !

Des besoins en stationnement peu satisfaits

Quelques « pince-roues » ici ou là, parfois très « design ».

 

 

Mais les arceaux-vélos font cruellement défaut presque partout, notamment sur les quais ou au supermarché « Pingo Doce » !! ou encore au magnifique et très vivant marché au poisson. Une sensibilisation des acteurs privés (commerces, services) est nécessaire. Mais ces acteurs ne se sentiront concernés que si la mairie crée par sa volonté affichée une politique cyclable volontariste !

 

 

Trois secteurs avec piste cyclable…

…unidirectionnelle ? au vu de la largeur ? chaque fois sur trottoir (pas de partage de la rue). Il est impossible d’y circuler à certaines heures, vu la fréquentation piétonne (touristes), et elle n’est pas très utile quand il n’y a personne…

  1. Les quais du fleuve Arade à Portimão

Une piste au milieu du quai piéton. Pas de continuité ni de liaison avec le quartier du centre-ville tout proche.

cimg7403

Une passerelle a été ajoutée en parallèle du seul pont sur l’Arade : uniquement piétonne, les vélos doivent circuler sur la chaussée, noyés dans une circulation intense.

cimg7405
Avec une telle pression automobile, les cyclistes l’empruntent quand même!

2- Vers Praia da Rocha

Une piste cyclable a été installée partiellement sur le parcours. Sur trottoir, discontinue, elle redémarre au pied d’un mur ! Elle s’arrête bien avant le quartier de la plage.

 

 

3-  Praia da Rocha

Ici aussi, une piste dans un seul sens non précisé parcourt l’avenue principale bordée de bars, restaurants et autres boîtes de nuit.

 

 

Louer un vélo:

C’est possible. Loueurs spécifiques, ou loueurs de voitures offrant aussi des vélos. Mais ce sont principalement des vélos type « plage », ou des VTT, uniquement pour le fun. Quelques vélos électriques aussi.

 

 

Des hôtels proposent aussi des vélos pour leurs clients.

 

 

Vélo objet publicitaire: à Portimão aussi !

Comme décrit dans un article précédent, ici aussi le vélo a plus la cote dans les vitrines ou devant les magasins que circulant dans la rue…Espérons que l’augmentation de la pratique du vélo modifiera les choses.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s