Lens à vélo: tout à faire, ou presque!

CIMG7931
Lens: l’entrée du Louvre – photo VBCO

Lens n’est pas située sur la Côte d’Opale, mais à une centaine de kilomètres environ. J’ai profité d’un déplacement dans le secteur pour voir si le vélo y avait sa place dans les aménagements. Une analyse complète de la situation n’est évidemment pas possible en quelques heures. Néanmoins, on peut rapidement se faire une idée sur la place accordée au vélo en examinant quelques points au fil des rues : centre-ville, partage de voirie, stationnement, zones 30, place de la voiture, des piétons…

Lens (30 689 h en 2016) est le centre d’une région très urbanisée (242 000 h en 2015) dont l’activité quasi unique a longtemps été l’exploitation des mines de charbon. Comme partout où personne n’a vraiment anticipé la fin de la mono-industrie locale, la région est en reconversion depuis 30 ans, et la population a tendance à partir : depuis 1968, la ville a perdu près d’un quart de sa population.

CIMG7936
Centre-ville: mairie et église – photo VBCO

Gare SNCF : bon début…

En effet, le parvis est entièrement piéton ! Ça dégage la vue au sortir de la gare. En revanche, absolument rien pour stationner son vélo si on vient acheter un billet !

CIMG7949
Photo VBCO

Un centre-ville…routier !

Lens est une ville dont le centre est constitué d’avenues de très grande largeur. Malheureusement, le vélo n’en profite pas, la quasi totalité des ces avenues (sauf une) est entièrement réservée à la circulation motorisée sur plusieurs couloirs, comme dans les années 60-70, alors que l’intensité de la circulation ne semble pas le justifier (au moins ce samedi…). Des avenues du passé, qui, par leur nudité, sont de véritables coupures urbaines pour les piétons, renforçant l’insécurité des traversées à pied, et favorisant la vitesse motorisée. Espérons qu’un programme de requalification soit prévu.

 

Les carrefours immenses, sans ronds-points ni couloirs-vélos, sont aussi d’un autre âge !!

Ce sont plutôt les transports en commun qui profitent de l’espace. Une bonne chose. Mais des couloirs-bus où les vélos ne semblent pas autorisés !

CIMG7934
Photo VBCO

Dans le meilleur des cas, les cyclistes n’ont pas de solution satisfaisante : être frôlés par les voitures, poussés par les bus, ou… déployer leurs ailes !!!

Les avenues menant au centre ne semblent pas mieux loties. Comme cette route de Béthune, avec terre-pleins centraux et stationnement.

CIMG7917_LI
Avenue de Béthune – photo VBCO

J’ai noté un dessous de pont (SNCF) qui est aménagé, sans doute de longue date, avec un passage séparé de la circulation pour piétons et cyclistes. Mais rien avant, et rien après !

CIMG7922
photo VBCO

On peut noter aussi, dans certaines rues à 30kmh, des by-pass pour ralentir la vitesse.

Le Boulevard Basly en zone 30

L’avenue commerçante principale, le boulevard Basly, est en zone 30, apparemment depuis longtemps, les aménagements (carrefours surélevés), ayant visiblement souffert. Ici, contrairement à d’autres secteurs de la ville, un couloir bus séparé est accessible aux cyclistes.

CIMG7937
photo VBCO

Une rue piétonne toutefois, la rue de Paris. Vélos autorisés.

CIMG7944
photo VBCO

Stationnement? Doubles-sens? Sas aux feux ? Quelle prise en compte du vélo ?

Le stationnement pour les vélos

Il est symbolique : j’ai compté seulement 8 arceaux sur le Bd Basly ! A la décharge des aménageurs, on peut dire qu’il y a de nombreuses barrières en croix, qui servent aussi de stationnement. Mais elles ne sont pas prévues pour cela ! Et les arceaux servent aussi à marquer la place des vélos, c’est important. Pas davantage d’arceaux près des bâtiments publics, comme la Poste.

 

Seul l’opérateur de Transport en Commun, Tadao, dispose de quelques arceaux devant ses locaux.

Doubles-Sens-Cyclables (DSC)

Je n’ai vu aucun DSC dans les rues en sens unique du centre-ville.

Sas aux feux

Quelques sas à certains feux…mais c’est loin d’être une généralité!

CIMG7938
photo VBCO

Le Louvre :  le vélo n’a pas été oublié

L’installation de ce pôle culturel d’exception près du centre-ville s’est accompagnée d’une conception urbaine qui tranche avec le reste de la ville : une voie piétons-cyclistes, aménagée sur le tracé d’un ancien « cavalier » de mines, amène les visiteurs au musée dans le calme et la verdure. Avec passerelle design et stationnement vélo en abondance.

 

 

Ombre au tableau : ce cheminement ne fait apparemment pas l’objet d’une attention allant jusqu’au déneigement, ce qui le rendait ce samedi 2 février, aussi impraticable aux piétons qu’aux cyclistes sur la partie montante !

 

CIMG7927

Une navette relie également le Louvre à la gare.

CIMG7932

La bouffée d’air frais « urbanistique » amenée par le Louvre depuis 2012 ne semble pas avoir déteint pour l’instant  sur l’aménagement du reste de la ville. De ce que j’ai vu, il ne semble pas y avoir ni volonté ni réflexion globale permettant une prise en compte sérieuse du déplacement à vélo à Lens. Peut-être est-il prévu que cela change. Espérons-le. Car pour l’instant, Lens n’est pas très « bike-friendly » !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s