Bruges (B): le vélo au-delà de la carte postale

IMG_20190729_162337_9
Bruges: le béguinage – De Begijnhof – photo VBCO

Une balade à Bruges représente toujours pour moi, qui me bats depuis vingt ans pour que le vélo ait une meilleure place à Calais, une sorte de bouffée de « vel’oxygène », tant les cyclistes et les piétons sont nombreux dans cette ville de Flandre-Occidentale si proche (110km). Comme dans la plupart des villes flamandes, d’ailleurs.

Car si la frontière entre France et Belgique est depuis longtemps devenue virtuelle, quasi invisible, la frontière « vélo », elle, saute à la figure dès qu’on passe en Belgique : le vélo est partout, la moindre route de campagne disposant, sinon toujours de pistes cyclables séparées du trafic, au moins de surlargeurs de sécurité. 

Mais est-ce que Bruges est un bon endroit pour aller chercher des exemples de prise en compte du vélo éventuellement transposables chez nous ? D’autant que, dans la ville ancienne, les aménagements spécifiques « vélo » ne sont pas nombreux, la politique choisie depuis longtemps s’appuyant plutôt sur une fréquentation en bonne harmonie de l’espace public par tous les types d’usagers, sans différenciation marquée. L’empathie envers les autres, ainsi que la baisse de la vitesse motorisée font le reste. On voit finalement assez peu de voitures ni en mouvement, ni à l’arrêt, dans la ville ancienne au moins.

CIMG2517
Place centrale: Markt

La fréquentation touristique de cette « ville-musée » est telle que l’on peut en effet se demander si cette abondante circulation cycliste et piétonne ne fait pas finalement partie du décorum, entretenant ainsi la « carte postale », moins flagrante à Gand ou Anvers.

IMG_20190729_172936_4
Une placette du centre-ville – photo VBCO

Si l’on quitte les pavés battus par les hordes de touristes de toutes nationalités, quelques centaines de mètres suffisent pour se rendre compte que l’usage du vélo n’est pas un simple faire valoir, mais bien une réalité quotidienne pour des milliers de brugeois.e.s. Symptôme caractéristique de cela, la forêt de vélos que l’on peut voir…

…sur le parvis de la gare.

Une situation comme celle qu’on peut trouver souvent en Flandre, comme aux Pays-Bas, ou au Danemark…

Bruges-gare
Gare de Bruges – photo ellesfontduvelo.com

 

Par ailleurs, et même si un parking immense se trouve sous la place ouest du centre-ville (‘t Zand, le désert), on sent ici une incitation forte à laisser sa voiture sur des parkings périphériques moins chers ou gratuits, et on est invité.e.s à terminer le « dernier kilomètre » à pied, à vélo, ou en bus.

IMG_20190729_174654_6
Pont bucolique sur l’un des nombreux canaux de Bruges: ici près du Béguinage – photo VBCO

Bruges, située dans un polder, elle est une ville construite sur l’eau et les nombreux canaux et watergangs qui la parcourent agissent comme des coupures urbaines, les ponts sont autant d’obstacles et de passages obligés qui contraignent les déplacements à vélo ou à pied. En cela Calais est tout à fait comparable. Il faut bien s’ accommoder de cette réalité physique. Mais à Bruges, l’eau, visible, valorisée, a une place importante, centrale dans l’image de la ville, au point que celle-ci est souvent appelée la « Venise du Nord ». Les bords de canaux sont naturellement utilisés pour les déplacements non motorisés.

IMG_20190729_121459_7
Les bords des canaux sont presque toujours praticables à vélo – photo VBCO

A Bruges, il y a souvent nécessité de franchir des chemins d’eau pour garder la continuité des itinéraires cyclables. Puisqu’ici, c’est une préoccupation. Ponts et passerelles sont nombreux, mais toujours en lien direct avec les bords de ces watergangs.

Une passerelle bien originale

Pas ostentatoire, mais fonctionnelle. Efficace, puisqu’elle résout deux problèmes : rester au niveau de la circulation à vélo et à pied, et permettre le passage des bateaux. Fondue dans le paysage, elle n’est pas spécialement destinée aux touristes, nous sommes à l’écart des zones très fréquentées. Un investissement lourd sans doute. On sait qu’on ne l’a pas faite pour épater la galerie, inversement à Calais (article ici). Ici ce n’est pas fait pour laisser la place au bus, mais pour raccourcir un cheminement à vélo et à pied, franchir un obstacle sans côte. Dans un schéma d’ensemble. Elle n’est pas non plus un bijou hors-sol : il y a une piste cyclable avant et une après. Du coup, cette passerelle est très utilisée. Bref, une approche de conception logique.

IMG_20190729_122122_4
photo VBCO

En Flandre, le vélo, c’est de la volonté, du bon sens, et des moyens. Du sérieux. Pas du bling-bling!

Des boxes de stationnement vélo pour les riverains

Dans le même quartier que la passerelle, j’ai pu voir ces boxes de stationnement, signe que la politique vélo n’est pas un affichage, mais bien une préoccupation constante des autorités, à destination des habitants. J’ignore comment se font l’accès et l’attribution.

IMG_20190729_122555_2
Une série de boxes juxtaposés

6 réflexions sur “Bruges (B): le vélo au-delà de la carte postale

  1. Hé oui, cela fait rêver ! Surtout moi qui habite une région bénie des dieux quant au climat, mais où la pratique du vélo comme mode de déplacement reste confidentielle et où les aménagements laissent à désirer (Marseille est arrivée en queue de peloton au précédent baromètre des villes cyclables…).
    Il y a une vingtaine d’années, j’ai visité la Belgique à vélo et j’avais été séduite.

    J’aime

    1. Merci pour ce commentaire. Pour Marseille, je sais, ma fille y travaille (Collectif Vélos en Ville). Comme je l’écris, ce contraste est pour nous encore plus violent, car on est à côté (frontière à 60 km!), et on sait bien que les caractèristiques de notre région sont identiques à celles de Flandre (météo, absence de relief), ce qui balaie évidemment les poncifs anti-vélo que certain.e.s continuent encore parfois de nous servir de ce côté-ci de la frontière…Cordialement

      J’aime

  2. Les places de Bruges n’ont pas toujours été sans voiture. Frederik Depoortere, mon ex-collogue, manageur vélo de Bruxelles m’avait refilé les photos des places (markt, Burg) des années 60 remplies de voiture (parking) et d’il y a 10 ans (piétonne et avec le collège échevinale à vélo).

    Sur Google maps, tu peux aussi mesurer l’évolution de la Boeveriestraat. En 2009, c’était une rue avec des mauvais pavés équipés de bandes conforts asphalte rouge pour les cyclistes. Maintenant, la rue est équipée de petits pavés plats et les cyclistes ont des bandes conforts en briques rouges.

    La Flandre a aussi investi dans des passerelles au dessus de l’Expresseweg.

    Par contre, sur le parvis de la gare, il n’y a plus de parking vélo. Il existe un point vélo avec 3000 places dans un nouveau bâtiment à droite de la gare et aussi 1.650 à l’arrière de la gare.

    https://www.brugge.be/fietspunt-station

    J’aime

    1. Merci Luc pour ce commentaire. Ce que tu écris nous rappelle que la place du vélo telle qu’on peut la voir en Flandre ne s’est pas faite comme par enchantement, elle n’est pas plus « culturelle » qu’ailleurs. Contrairement à ce qu’on entend dire communément ici, en France, quand on parle de la Belgique. Ou des Pays-Bas, qui étaient dans les années 70 autant envahis par la voiture que ne l’étaient les villes françaises. Ce sont les importants soulèvements citoyens sur les questions de sécurité (piétons, enfants, cyclistes) qui ont amené un changement d’orientation politique majeur et poursuivi qui a amené la situation d’aujourd’hui. C’est ce qu’explique Frédéric Héran dans son livre: Le retour de la bicyclette (ED La Découverte)

      J’aime

    2. Pour la gare, c’est une photo que je n’ai pas prise moi-même (prise sur internet). Je savais que l’organisation du stationnement avait récemment évolué…D’ailleurs, si tu as une photo récente, je la placerai bien volontiers.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s